top of page
Rechercher

Equipe de soins spécialisés (E.S.S.) : Fédérer les acteurs du territoire

Dernière mise à jour : 6 nov. 2023


Ethicare E.S.S. : Mobiliser les médecins spécialistes
 

Une approche pragmatique des collaborations


Comme évoqué dans notre chronique N°2 – « Mobiliser les médecins spécialistes », le chantier prioritaire à l’initiation de votre Equipe de soins spécialisés (E.S.S.) est d’œuvrer à la constitution d’une équipe de médecins spécialistes. La coopération est d’abord à organiser au sein de la ou les spécialités constitutives de l’E.S.S. afin de créer un cadre et des conditions d’exercice favorables à leur implication dans la durée. Les médecins doivent s’accorder sur la « stratégie médicale » et les moyens nécessaires à sa mise en œuvre (nature des activités, modalités d’organisation du travail, bonnes pratiques de prise en charge, système d’information, …) afin de partager puis communiquer une vision claire du projet d’E.S.S.

Ce travail préalable permet également d’identifier les besoins, prioriser les actions afin d’ancrer progressivement des coopérations à l’échelle territoriale. De nombreux acteurs existent sur le(s) territoire(s) et peuvent être des ressources avec lesquelles l’E.S.S. va coopérer. Cependant, la participation d’emblée de tous les acteurs n’est pas un prérequis pour constituer votre E.S.S. Il est préférable, en fonction de la taille du territoire choisi et de la nature de votre projet, de cibler et d’aller à la rencontre de vos futurs partenaires en fonction de leur implication et/ou contributions possibles à la mise en œuvre des missions de votre E.S.S. Vous gagnerez ainsi en efficacité !


Structurer la collaboration avec les acteurs du territoire

Identifier ses potentiels partenaires


Votre E.S.S. doit mobiliser les acteurs de santé volontaires, essentiels aux projets qu’elle adopte. La liberté de s’impliquer, ou pas, des acteurs du territoire, dans votre projet de santé sera déterminante pour assurer son efficacité et sa légitimité sur le territoire ainsi qu’auprès des autorités sanitaires. Privilégiez une E.S.S. « inclusive », ouverte à TOUS les professionnels de santé du territoire pouvant intervenir dans la prise en charge des patients, quel que soit leur statut ou mode d’exercice, sans exclusion aucune.


Eluder les Centres Hospitaliers Universitaires, centres de référence, n’est pas envisageable. De même, ne travailler qu’avec des professionnels de santé libéraux ou établissements de santé privé d’un même groupe n’envoie pas un bon signe. Votre E.S.S. n’est pas un G.H.T. privé « déguisé ». Il est indispensable de dépasser les logiques de concurrence entre secteurs (public/privé, privé/privé, ville/hôpital, …) et de favoriser les complémentarités entre l’E.S.S., les professionnels, les établissements ou les autres organisations.


A quel moment, dois-je démarrer ce travail ?

  • Dès l’initiation de votre projet, n’hésitez pas à réaliser un premier tour de table auprès des professionnels de santé et des organisations de santé pour évaluer les besoins de santé actuels et à venir ainsi que les réponses attendues en termes d’organisation des soins.

  • Lors de l’élaboration de votre projet de santé, privilégiez également ce temps de structuration pour recueillir les attentes et développer une dynamique territoriale autour de votre E.S.S. (réunions formelles, enquêtes d’intérêt, rencontres individuelles ou ateliers collectifs, …)

  • Tout au long de votre déploiement : votre E.S.S. pourra grandir avec l’implication de nouveaux professionnels de manière graduée (adhésions au fil de temps à votre projet, élargissement du cercle de professionnels mobilisés, évolutions des prises en charge, de périmètre géographique, …)

En bref ! Un travail continu d’information vous permettra une adhésion maximale. Pour y voir plus clair, créez un annuaire listant les compétences, les organisations de travail et les modalités d’implication envisagées selon les champs d’intervention de votre E.S.S.

Des collaborations différentes selon les niveaux d’investissement

Différents types de partenariats peuvent exister, il n’y a pas de modèle unique. Votre E.S.S. ne pouvant travailler seule, elle doit construire ses partenariats tout en respectant la place spécifique de chacun.

Exemples de natures de collaborations :

Collaboration  équipes de soins spécialisés ethicare
Equipe de soins spécialisés (E.S.S.) : Fédérer les acteurs du territoire

Les outils de coopération

Vos partenariats doivent faire l’objet de conventions ou autres modalités contractuelles. Ces conventions ont pour objet de définir les rôles et de fixer les conditions dans lesquelles les deux parties collaborent pour améliorer l’accès aux soins et les prises en charge des patients au sein du territoire. (Objet de la collaboration, nature de(s) l’intervention(s), délais, conditions techniques et modalités opérationnelles, traçabilité des responsabilités, évaluations régulières, …)


La convention reste le principal outil de coopération entre acteurs. Reposant sur le principe de liberté contractuelle et d’utilisation très souple, elle repose sur le libre accord des parties.

Pour vous aider dans leurs rédactions, EthiCare propose une boite à outils avec de nombreux modèles. N’hésitez pas à nous contacter.

Don’t forget ! L’E.S.S. est aussi configuratrice du travail aidé !


Le travail en pluridisciplinarité et notamment le travail aidé n’est pas encore développé dans toutes les spécialités. Les ophtalmologues, par exemple, s’inscrivent depuis longtemps dans le travail aidé ; de même que les cardiologues qui sont proactifs notamment sur la promotion du métier d’I.P.A. en cardiologie. Pour d’autres, le chemin est encore long et ce changement de paradigme peut en effrayer certains.


L’intégration d’I.P.A. et/ou d’I.D.E. aux compétences élargies, au sein de l’E.S.S. est une opportunité. Au-delà de l’objectif de libérer du temps médical et de soutenir les spécialistes au quotidien, le développement du travail aidé fait sens. Il s’agit en effet, d’améliorer, ensemble, l’accès aux soins dans la spécialité et d’optimiser le parcours des patients notamment dans le cas de prises en charge complexes.


La place de ces professionnels « aidants » dans les parcours s’anticipe et nécessite une réflexion partagée notamment sur le rôle et la place de chacun dans les parcours de soins / de santé au sein du territoire. N’hésitez pas dans le cadre de vos travaux sur les parcours, d’identifier leur valeur ajoutée.


Exemples de coopérations

  • Instauration de consultations avancées avec des IDE sous protocole de coopération ou d’IPA (pathologies chroniques ; santé mentale)

  • Contribution au suivi et à la sécurisation des parcours (IPA)

  • Développement de la télémédecine et du télésuivi des patients à domicile

  • Participation à la mise en place d’un circuit diagnostic court (réalisation d’examens de 1ère intention, d’évaluations, de Temps d’Accompagnement Soignant, …)

  • Dispensation d’actes de prévention et d’éducation à la santé, activités souvent délaissées par les médecins faute de temps

Dans ce cas, les outils de collaboration sont des protocoles d’organisation ou protocoles de coopération.

 

Envie d’en savoir plus pour développer une véritable dynamique territoriale ?


Contactez-nous : direction@ethicare.fr – 06 74 49 45 64

81 vues0 commentaire

Comments


bottom of page